Organisations

  • Depuis sept. 2021 : coordinatrice pédagogique du Master 2 MEEF Ingénierie Pédagogique, site de Nancy-Maxéville (INSPÉ de Lorraine)
  • Juin 2021-Février 2022 : organisation du séminaire « Publier en didactiques », session « Écrire, expertiser un article en didactiques », membre co-organisatrice (revue Recherches en didactiques RED, université de Lille, pilotes : C. Souplet et D. Lahanier-Reuter).

Axe 1 : la gestion des expertises (réactant : R. Étienne ; intervenants : C. Amade-Escot, É. Ménouar et D. Moussi)

Axe 2 : le travail d’expertise (réactant : J. Dolz ; intervenants : V. Lemoine-Bresson, S. Doussot)

Axe 3 : anticiper l’expertise (réactant M.F. Bishop ; intervenants : C. Roelens, C. Leininger)

Axe 4 : lectures d’expertises par les auteurs (réactant : X. Sido ; intervenants : B. Kervyn, Z. Mesnil)

28 Mai 2018 : organisation d’une Journée d’Étude ESPÉ en coélaboration avec Stephanie Lerat, Université de Lorraine ATILF et Marie-José Gremmo, Université de Lorraine, LISEC :
« L’interculturel en question(s) » avec Martine ABDALLAH PRETCEILLE qui présentera :
1. De la différence à la diversité
2. Pour une éthique du divers
  • Organisation d’ateliers de conversation
26 Novembre 2019

Atelier de conversation autour des notions de: « Illettrisme ou insécurité langagière ? », avec les étudiants ESPÉ du Master 2 Ingénierie Pédagogique et Valérie Langbach, MCF ATILF équipe didactique des langues et sociolingusitique

Le concept d’insécurité langagière des adultes et les problématiques liées au langage au travail et en formation sont centraux dans les travaux de recherche de Valérie Langbach. Les situations concrètes sur des terrains professionnels en éducation et en formation que vivent les étudiants du Master 2 Ingénierie Pédagogique à l’INSPÉ de Lorraine les amènent à s’étonner sur ces problématiques. En même temps, l’expérience vécue ne suffit pas à les outiller à mieux comprendre les problèmes qui se posent aux personnes en « insécurité langagière » (Adami et André, 2014). C’est à la suite de nombreux retours d’étudiants sur leurs interrogations concernant, selon leur propos, « l’illettrisme » de certaines personnes qu’ils avaient rencontrées en stage, que j’ai décidé de solliciter l’expertise de Valérie Langbach.

13 Novembre 2018

Atelier de conversation autour des « focus groups », avec les étudiants ESPÉ du Master 2 Ingénierie Pédagogique

J’accompagne des étudiants de Master 2 MEEF dans l’écriture de leur mémoire depuis plusieurs années, d’abord à l’ESPÉ Lille Nord de France, puis depuis trois ans, à l’ESPÉ de Lorraine. Ceux-ci mènent fréquemment des recherches au ras des terrains et en collaboration avec des praticiens. L’enjeu de leur travail est de réfléchir à l’action d’enseignement ou de formation avec ce qu’elle implique d’incertitude, de négociations et d’instabilités ….Si la méthode de recueil de données par focus groups est bien connue de la sphère scientifique, j’ai observé qu’elle reste peu, voire pas choisie par les étudiants dont j’assure le tutorat. L’atelier se donne pour objectif, d’une part, de découvrir « Qu’est-ce que les focus groups » à partir de l’article de Kitzinger, Markova et Kalampalikis (Bulletin de psychologie, 2004) et, d’autre part, d’interroger un éventuel usage des focus groups dans les travaux des étudiants en fonction de leur question de recherche.

14 Novembre 2018
Atelier de conversation autour de l’ouvrage de Sophie Bailly (2008) « Les hommes, les femmes et la communication. Mais que vient faire le sexe dans la langue ? », en présence de l’auteure, avec les étudiants ESPÉ du Master 2 Parcours Enseignement et Pratiques Accompagnées
L’ouvrage de Sophie Bailly entre en résonance avec le contenu de formation d’un module que je travaille avec les étudiants dans le cadre d’une UE intitulée « Langues et interculturalité ». Il s’agit des « microaggressions », objet de recherche de Derald Wing Sue aux US et du travail inhérent à la notion qui consiste à rendre visible l’invisible, à savoir être capable de débusquer dans les discours le message caché derrière ce phénomène qui touche non seulement les questions de cultures, mais aussi celles de genres. Les étudiants, répartis en quatre sous-groupes, mèneront un entretien de forme originale avec l’auteure autour de « détails » qui les ont interpelés dans « Les hommes les femmes et la communication » en articulation avec les problématiques des « microaggressions ».
RETOUR EN IMAGES SUR LES DEUX ATELIERS :